Ce que le Vietnam m’a appris : c’est quoi le Vietnam ?

Cela fait quelques semaines que je ne suis pas passée par ici. Mais c’était pour la bonne cause. Nous sommes partis en voyage de noce au Vietnam. Nous avons donc fait le Vietnam du Nord au Sud, en passant par une super agence, Vietnam Découverte, qui nous a emmené dans des coins peu touristiques. A toi de comprendre : nous étions les seuls européens du coin.

J’ai été totalement bouleversée par mes premiers pas en Asie. Bouleversée dans le bon sens et dans le mauvais aussi.

Je vais raconter tout ce qui concerne le budget et les étapes de ce voyage sur le site de Mademoiselle Dentelle, comme c’était notre voyage de noce. Mais j’aimerais te réserver quelques articles plus politiques, plus sur mes sentiments et mes ressentis face à ce si beau pays.

Je commence donc cette série par cette question : c’est quoi le Vietnam ?

DSC_0944

J’ai toujours été fasciné par l’Asie. C’est un continent qui m’attire énormément depuis que je suis petite. Je n’avais jamais mis un pied là-bas avant ce 15 février 2015. Je ne pourrais pas expliquer ma fascination : ma copine d’élémentaire dont la maman était vietnamienne ? Émerveillée par le réveil économique dans les années 2000 ? Les plus de 2 milliards de personnes qui y habitent ? Le bouddhisme ? La culture ancestrale ?

Je crois que c’est un mélange de tout cela. Ma claque a donc été encore plus grande, prise entre rêves et réalité, pendant quinze jours, j’ai savouré l’Asie, j’ai savouré le Vietnam.

  • Les routes sont très mauvaises et tu rouleras donc en scooter.
A lire aussi :  « Madame, c’est quoi réussir sa vie ? »

C’est, je pense, ce qui m’a le plus frappé en arrivant à Hanoï : le nombre de scooters. Bon, certes, on est arrivé pour la fête du Têt (se prononce « tête »), qui est le nouvel an vietnamien, et donc tout le monde se déplaçait à fond pour aller faire ses courses et préparer cette grande fête familiale.

DSC_0408

Remarquez aussi que dans les montagnes du Nord, il n’y a plus de routes goudronnées, mais il y a des femmes qui font du scoot avec des talons de 10.

DSC_0459

Tu as la classe ou tu l’as pas.

  • Dans les ancêtres, tu croiras.

Nous avons eu quatre guides différents, et tous avaient une religion et avaient du mal à comprendre que j’étais complètement athée. Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti aussi le sentiment religieux. Celui-ci où on se dit « Ah ouais, peut-être que… » Nous avons vécu de grands moments dans différents temples et pagodes. Nous avons beaucoup aimé visiter le temple de la Littérature, qui a fait office de temple pour Confucius et aussi d’université. Nous avons aussi vu les rayons du soleil entré dans une pagode, au milieu des grottes de la montagne de marbre, dans le centre du pays, vers Hué. Magnifique. La religion rythme la vie de ces gens. Même si le pouvoir communiste a mis un frein au développement du bouddhisme, la religion est bel et bien présente, et encore plus dans lors du changement d’année lunaire. La religion réunit toute la famille, face à l’autel des ancêtres, présent dans chaque maison. Il faut pouvoir l’entretenir et il rend hommage à quatre générations d’ancêtres disparus. J’ai trouvé que cette façon de penser aux gens disparus était une belle manière de faire. J’ai beaucoup pensé à mon frère dans ces moments-là.

A lire aussi :  J’ai testé pour vous : ouvrir un blog personnel
DSC_0835
DSC_0843
  • Tu mangeras frit ou bouilli

Nous avons fait quelques orgies de nems et autres aliments tout aussi goûteux les uns que les autres. J’ai été bien malade une partie du voyage, mais il parait que je suis une petite nature.  Malgré mes précautions, je crois que décidément le frit avec 3 litres d’huile ne passe définitivement pas dans mon estomac. Nous avons pourtant mangé des choses exquises. Tu connais plus tout ce qui est poulet collant ou boeuf sauté :

Premier repas
DSC_0923

Nous avons aussi goûté et mangé des chose bien plus exotiques… Mention spéciale pour l’alcool de serpent que j’ai bu cul sec. Il y a aussi le poisson Oreilles d’éléphant grillé à mettre dans un rouleur de printemps :

DSC_0928

Hmmmm…

  • Tu t’en prendras plein la vue : une pauvreté extrême et un luxe parfois dérangeant.

Ce n’est pas propre au Vietnam. Non loin de là. Mais c’est quand même dérangeant quand on part pour la première fois dans un pays où notre pouvoir d’achat est multiplié par 100… Loin de nous l’envie d’en profiter. Nous ne faisons pas partie de ces touristes qui aiment négocier les prix à des villageois qui n’ont que ça pour vivre. Nous n’aimions pas aussi prendre des photos dans les lieux religieux, ou chez l’habitant pour voir ou pour se rassurer sur notre propre existence. Nous avons toujours été dérangé, voire parfois très mal à l’aise face à des situations dont nous n’étions pas responsables. Nous représentions le dollar, et il a fallu parfois l’assumer. Nous avions aussi des hôtels que nous n’aurions pas pu nous permettre en France. La population de ces hôtels était souvent vieille et riche, voire très riche. Nous avons pu profiter d’un luxe dont nous n’avions pas l’habitude et tout cela en voiture particulière. Il a fallu l’assumer. Au fin fond du Vietnam. Nous n’avons pas été du tout à l’aise avec cela. Nous avons apprécié le confort que tout cela procure, mais voyager de la sorte mets quand même quelques barrières. On est dans sa petite bulle. Encore heureux que les guides étaient supers sympas et bavards et qu’ils nous ont raconté leur Vietnam. Encore heureux qu’on dormait chez l’habitant.

A lire aussi :  Le changement
DSC_0426

Hanoï du pont Paul Doumer

DSC_0501

Les rizières dans le nord du pays : chez les minorités éthniques.

Je te parlerai un peu plus la prochaine du système politique, éducatif et sanitaire du Vietnam. Tu vas voir, on va apprécier de vivre en France )

A très bientôt !