Hallucination visuelle : causes et symptômes

Imaginez que vous voyez soudainement apparaître devant vous des formes étranges, des visages grimaçants ou des créatures terrifiantes. C’est la réalité vécue quotidiennement par Sophie, 35 ans, qui souffre d’hallucinations visuelles depuis plusieurs années. « Au début, je pensais que je devenais folle », confie-t-elle. Comme Sophie, de nombreuses personnes sont confrontées à ce phénomène troublant qui peut avoir un impact majeur sur leur vie personnelle, professionnelle et sociale.

Les hallucinations visuelles, bien que méconnues du grand public, sont loin d’être anecdotiques. Elles peuvent survenir dans le cadre de pathologies psychiatriques, neurologiques ou d’autres affections médicales, mais aussi être induites par la prise de certaines substances. Cet article vous propose de plonger dans l’univers déroutant des hallucinations visuelles, d’en comprendre les mécanismes et les causes, et de découvrir comment elles sont prises en charge. Nous verrons également comment les personnes concernées peuvent apprendre à mieux vivre avec ces perceptions insolites.

Plongée dans l’univers étrange des hallucinations visuelles

Définition et description du phénomène

Les hallucinations visuelles se définissent comme des perceptions visuelles survenant en l’absence de stimulus extérieur. Autrement dit, la personne voit des choses qui n’existent pas réellement. Ces visions peuvent être très variées : des formes géométriques simples (points, lignes, zigzags), des flashes lumineux, mais aussi des scènes plus élaborées comme des personnages, des animaux ou des objets.

Contrairement à une idée reçue, avoir des hallucinations ne signifie pas forcément que l’on est « fou ». Elles peuvent certes être un symptôme de troubles psychiatriques, mais aussi se manifester chez des personnes sans pathologie mentale. Il est important de distinguer les hallucinations des illusions, qui sont des interprétations erronées de stimuli réels.

Les différents types d’hallucinations visuelles : élémentaires vs complexes

On distingue deux grandes catégories d’hallucinations visuelles : les hallucinations élémentaires et les hallucinations complexes. Les premières se caractérisent par des visions simples, comme des taches colorées, des points lumineux ou des lignes qui se déplacent dans le champ visuel. Elles peuvent s’apparenter à des phosphènes, ces impressions lumineuses que l’on perçoit lorsqu’on appuie sur les yeux fermés.

Les hallucinations complexes, quant à elles, prennent la forme de scènes élaborées avec des personnages, des objets, des paysages. Elles peuvent être très réalistes et s’intégrer de façon cohérente dans l’environnement de la personne. Celle-ci aura parfois du mal à faire la distinction entre ces visions et la réalité. Les hallucinations complexes sont souvent associées à des pathologies psychiatriques ou neurologiques.

Hallucination visuelle : causes et symptômes

Prévalence : qui est concerné ? À quel point est-ce fréquent ?

Il est difficile d’avoir des chiffres précis sur la prévalence des hallucinations visuelles car beaucoup de personnes n’en parlent pas, par peur d’être jugées ou considérées comme « folles ». On estime cependant qu’environ 3% de la population générale serait concernée. Cette prévalence augmente nettement dans certaines pathologies psychiatriques comme la schizophrénie, où 25 à 30% des patients souffrent d’hallucinations visuelles.

Chez les personnes âgées, les hallucinations visuelles sont fréquemment associées à des maladies neurodégénératives comme la maladie à corps de Lewy ou la maladie d’Alzheimer. Elles peuvent aussi survenir transitoirement après une opération de la cataracte ou chez des personnes souffrant d’une perte importante de la vision.

A lire aussi :  Pourquoi faut-il glisser une feuille de laurier sous son oreiller ?

Quand votre cerveau vous joue des tours : les causes des hallucinations

Troubles psychiatriques : un symptôme troublant

Dans le domaine de la psychiatrie, les hallucinations visuelles sont un symptôme caractéristique de plusieurs pathologies. La schizophrénie est l’une des plus connues : les patients atteints peuvent voir surgir dans leur environnement des scènes bizarres et effrayantes, mettant souvent en scène des personnages menaçants ou des créatures fantastiques.

Les hallucinations visuelles peuvent aussi se manifester au cours d’épisodes maniaques dans le trouble bipolaire, ou survenir chez des personnes souffrant de dépression sévère avec caractéristiques psychotiques. Plus rarement, elles sont observées dans certains troubles de la personnalité comme le trouble borderline.

L’origine neurologique des visions fantômes

Les pathologies neurologiques sont une autre grande cause d’hallucinations visuelles. Les lésions cérébrales, qu’elles soient dues à un accident vasculaire, une tumeur ou un traumatisme crânien, peuvent provoquer des hallucinations en « libérant » l’activité de certaines zones du cerveau impliquées dans le traitement des informations visuelles.

Les maladies neurodégénératives comme la maladie à corps de Lewy, la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson sont fréquemment associées à des hallucinations visuelles, surtout à un stade avancé. Celles-ci sont souvent bien structurées, avec des scènes complexes et des personnages animés.

L’épilepsie, en particulier l’épilepsie du lobe temporal, est une autre cause neurologique d’hallucinations visuelles. Celles-ci surviennent généralement juste avant ou après une crise et sont souvent très stéréotypées d’un épisode à l’autre.

fHallucination visuelle : causes et symptômes

Halluciner sous l’emprise des drogues et médicaments

Certaines substances psychoactives, qu’il s’agisse de drogues illicites ou de médicaments prescrits, peuvent induire des hallucinations visuelles. C’est le cas notamment des psychédéliques comme le LSD ou la mescaline, qui provoquent des distorsions visuelles et des visions colorées et mouvantes.

Les troubles hallucinatoires peuvent aussi survenir lors de sevrage alcoolique ou d’intoxication à certaines drogues comme les amphétamines ou la cocaïne. Certains médicaments prescrits, comme les anticholinergiques ou les corticoïdes à forte dose, sont également susceptibles d’induire des hallucinations.

D’autres causes médicales insoupçonnées

Plusieurs pathologies médicales peuvent s’accompagner d’hallucinations visuelles, sans qu’il y ait forcément une atteinte directe du cerveau. C’est le cas par exemple de certaines maladies oculaires comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou le glaucome, qui en privant le cerveau d’informations visuelles, favorisent l’émergence d’hallucinations.

Des déficits sensoriels importants, une privation de sommeil, certaines carences vitaminiques ou des troubles métaboliques comme l’encéphalopathie hépatique peuvent aussi provoquer des hallucinations visuelles. Chez la personne âgée, un épisode de confusion lié à une infection, une déshydratation ou un changement de traitement en est une cause fréquente.

Le vécu troublant des personnes hallucinées

Témoignages poignants : « Je voyais des choses qui n’existaient pas »

« Au début, je pensais que mes visions étaient réelles. Je voyais des ombres menaçantes, des visages grimaçants sur les murs. C’était terrifiant. » nous confie Luc, 42 ans, qui souffre d’hallucinations visuelles depuis plusieurs années. Comme lui, de nombreuses personnes hallucinées témoignent de leur détresse face à ces perceptions envahissantes et incontrôlables.

A lire aussi :  Les bienfaits du yoga sur la santé mentale

Sophie, 35 ans, raconte : « Mes hallucinations ont commencé après un épisode dépressif sévère. Je voyais des insectes grouiller sur les murs, des personnages effrayants surgir dans la pièce. J’avais peur de devenir folle. » Pour beaucoup, ces expériences sont source d’une grande souffrance psychique et d’un sentiment d’isolement.

L’impact psychologique et social des hallucinations

Les répercussions des hallucinations visuelles sur la vie des personnes atteintes sont multiples. Sur le plan psychologique, elles peuvent générer une grande anxiété, une peur de perdre le contrôle, voire des idées suicidaires. Les hallucinations chroniques et envahissantes sont épuisantes et peuvent conduire à un repli sur soi.

Au niveau social et professionnel, les conséquences sont souvent lourdes. La personne peut avoir du mal à se concentrer, à interagir avec les autres, à assurer son travail. La stigmatisation et l’incompréhension de l’entourage renforcent le sentiment d’isolement et la souffrance.

Faire face au regard des autres et à l’incompréhension

« Quand j’ai commencé à parler de mes hallucinations, beaucoup de gens me regardaient comme si j’étais folle. Même dans ma famille, c’était un sujet tabou. » témoigne Marie, 28 ans. Encore très méconnues et souvent associées à tort à la folie, les hallucinations visuelles suscitent fréquemment un regard stigmatisant et des réactions d’incompréhension.

Pour les personnes concernées, il est souvent difficile de trouver une oreille attentive et un soutien bienveillant. La peur d’être jugé ou rejeté conduit beaucoup à garder le silence et à souffrir en solitaire. Briser ce tabou et sensibiliser le grand public à cette réalité est essentiel pour changer le regard sur ces troubles et favoriser une meilleure prise en charge.

Démêler le vrai du faux : diagnostic et prise en charge

Quand faut-il absolument consulter ? Les signes qui doivent alerter

Si vous ou un proche présentez des hallucinations visuelles, il est important de consulter rapidement un professionnel de santé. Certains signes doivent particulièrement vous alerter : des hallucinations persistantes et envahissantes, un retentissement important sur votre vie quotidienne, un sentiment de peur ou de perte de contrôle.

Il est essentiel de ne pas banaliser ou minimiser ces symptômes, même s’ils vous font peur ou vous mettent mal à l’aise. N’attendez pas que la situation s’aggrave pour consulter. Une prise en charge précoce augmente les chances de contrôler les hallucinations et d’éviter des conséquences plus graves.

Chez quel spécialiste se tourner ? Le parcours de soins

Face à des hallucinations visuelles, le premier réflexe est souvent de consulter son médecin traitant. Celui-ci pourra vous orienter vers un spécialiste en fonction de l’origine suspectée des hallucinations. Si une cause psychiatrique est évoquée, un avis spécialisé auprès d’un psychiatre sera nécessaire. En cas de signes neurologiques associés, un bilan auprès d’un neurologue s’imposera.

A lire aussi :  Comment savoir si on est SOPK ?

Parfois, les hallucinations peuvent être liées à un trouble visuel. Un examen ophtalmologique sera alors indiqué. Si une origine médicale est suspectée (infection, déshydratation, effets secondaires d’un traitement…), des examens complémentaires seront réalisés. Dans tous les cas, une collaboration étroite entre les différents intervenants est essentielle pour une prise en charge optimale.

Les traitements pour faire taire les hallucinations

Le traitement des hallucinations visuelles dépend avant tout de leur cause. Si elles sont liées à une pathologie psychiatrique comme la schizophrénie, un traitement médicamenteux antipsychotique sera proposé, associé à un suivi psychothérapique. En cas de cause neurologique, le traitement visera à contrôler la maladie sous-jacente (antiépileptiques, médicaments de la maladie de Parkinson ou de la maladie d’Alzheimer…).

Lorsque les hallucinations sont induites par une substance, l’arrêt ou la substitution de celle-ci sera la première mesure. Un traitement symptomatique par benzodiazépines ou neuroleptiques peut être proposé transitoirement. Enfin, la prise en charge d’éventuels facteurs favorisants (sevrage d’une addiction, correction d’une carence, prise en charge d’une pathologie oculaire…) fait partie intégrante du traitement.

Mieux vivre avec des hallucinations visuelles

Quelques conseils pour apprivoiser ses visions

Au-delà des traitements médicaux, certaines stratégies peuvent vous aider à mieux gérer vos hallucinations au quotidien. Essayez de repérer les situations qui favorisent leur survenue (stress, fatigue, isolement…) et apprenez à vous relaxer ou à vous changer les idées dans ces moments-là.

N’hésitez pas à en parler à vos proches et à vos soignants. Mettre des mots sur vos perceptions, exprimer vos peurs et votre vécu est essentiel. Certaines techniques, comme la distraction attentionnelle ou la vérification dans la réalité, peuvent vous aider à prendre de la distance par rapport aux hallucinations.

L’importance du soutien de l’entourage

Le soutien des proches est déterminant pour les personnes souffrant d’hallucinations. En parler sans tabou, être écouté et compris, se sentir épaulé est d’un grand réconfort. Les groupes de parole entre personnes concernées sont aussi très bénéfiques, en permettant de partager son vécu et de se sentir moins seul.

Votre entourage peut aussi jouer un rôle dans la gestion des hallucinations, en vous aidant à vérifier si ce que vous percevez est réel, en vous rassurant, en vous encourageant à poursuivre vos activités. Un soutien bienveillant et sans jugement est précieux.

Les ressources et associations sur lesquelles s’appuyer

De nombreuses structures et associations peuvent vous apporter écoute, soutien et informations. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre médecin ou de votre entourage. En France, l’UNAFAM (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) propose notamment des groupes de parole, une ligne d’écoute et du soutien aux aidants.

La Fondation FondaMental met à disposition des fiches d’information et des témoignages de personnes concernées. Le REV (Réseau Français sur l’Entente de Voix) propose également des ressources en ligne et des espaces d’échange et de soutien pour les personnes vivant des hallucinations.