J’ai testé pour vous : ouvrir un blog personnel

Quelle difficulté !

Quelle difficulté de trouver le premier article !

Être percutante, caustique, montrer son humour, sa culture, savoir que l’on va être jugée sur son design, sur ses fautes, sur sa façon de dire les choses.

Quelle difficulté de publier ce premier article dans un blog qui n’en a aucun.

Se dire que celui-ci va donner le ton, va montrer le chemin, va nous donner cet entrain dont on a tant besoin quand on se lance pour la première fois.

J’ai testé pour vous l’ouverture d’un blog. Et l’écriture d’un premier article.

Ce blog, je l’ai en tête depuis maintenant plusieurs mois. Il est là, en moi, comme un espace très personnel qui doit s’exprimer, qui doit s’exporter.

Il a été là pendant mon mariage mais pas que. J’ai pu m’exprimer le plus librement possible sur le blog Mademoiselle Dentelle et je ne remercierai jamais assez Anne de l’opportunité qu’elle m’a offerte. Ces mois à raconter mon mariage ont été absolument incroyable et j’ai pu rencontrer des femmes qui m’ont ouvert le champ des possibles.

Mais mon mariage est fini. Cela fait maintenant trois mois.

Il est donc temps pour moi de m’exprimer sur d’autres sujets, sur d’autres thématiques qui me touchent de près. Comme de loin.

Écrire le premier article de son blog n’est pas chose aisée. Je l’ai imaginé des tas de fois en me rasant le matin et maintenant que je suis devant mon écran, c’est beaucoup plus difficile, plus délicat.

J’aimerais te raconter mon quotidien de jeune prof’ en banlieue parisienne, ma vie avec un doctorant, ma vie avec mes copines, mes coups de canifs dans le cœur, dans l’esprit, mes envies d’ailleurs, de voyages, mes coups de mous du moment, ma fierté d’être comme je suis, mon combat contre les inégalités et contre l’inculture au quotidien (oui, tu as vu, je me donne un rôle plus qu’important).

A lire aussi :  J’ai testé pour vous : être prof TZR dans le 93

J’aimerais te dire que je t’aime déjà, que je suis super contente de te rencontrer. Qu’un blog sans lecteur, c’est impossible. J’aimerais te confier que j’ai envie de partager, que j’ai envie que tu me dises ton avis, que tu me montres ton intérêt et que tu me confies tes opinions.

J’aimerais te dire tout cela, mais dans un premier article, cela ne se fait sûrement pas.