A corps perdu

J’ai mis le son plus fort, le casque sur les oreilles, je me retrouve à faire le bilan de cette année scolaire.

J’ai des papillons dans le ventre, je me sens légère et j’avoue que j’ai l’impression de vivre ma meilleure vie en ce moment. Je ne me sens pas mise de côté, je me sens à l’aise avec le monde et je fais ce que j’aime. Je fais ce que j’ai toujours voulu : je vis avec mes émotions, avec mes envies, je vis avec mon corps que j’aime profondément et je milite. Je porte sur mes épaules des combats qui me définissent, qui font ma personnalité. Je suis parfois lasse mais je suis toujours là.

Cette année scolaire a été difficile. Les violences à Saint Denis se sont accélérées, l’éducation nationale est à bout, les collègues ont du mal à se mettre en marche (ahahaha) et à faire bouger les choses. Je suis vue comme radicale et politique. Cela me change de ces dix dernières années.

Et puis, il y a eu le dernier combat : la grève des examens, que j’ai fortement soutenu. Je ne suis pas allée corriger le brevet. Puisque nous sommes des paillassons, autant les conforter dans leurs délires.

Dans cette année scolaire, j’ai ouvert un compte Instagram et j’arrive presque à 80 000 abonné.e.s. J’ai donc aussi porté aussi cela. J’ai signé pour un livre. Je suis en train de l’écrire. J’ai mille projets. Ca déborde.

J’ai aussi accompagné 22 adolescents sur le chemin du lycée en étant leur professeure principale. J’ai décidé d’accentuer ma méthode « je trouve tes qualités et je te les répète pour que tu réussisses ». Et ça a très bien fonctionné avec une classe redoutée par toutes et tous… J’avais choisi cette classe. J’ai donc créé des liens uniques avec eux et avec leurs parents pour certain.e.s. J’en suis très fière mais cela m’a demandé une énergie affolante. Pour des résultats géniaux, mais la charge émotionnelle a été très très difficile.

Et puis j’ai vécu toutes les émotions cette année. Des amitiés très fortes, des découvertes fabuleuses, des chagrins sans fond, des envies d’ailleurs, de l’amour à profusion, de la solitude obligatoire, des déceptions, des emballement obligatoires, des joies intenses, des moments d’émotions comme j’en ai rarement vécu. Cela a été un tourbillon sans fin et avec des retournements de situation presque quotidiens.

J’ai vécu. J’ai ressenti.

Je suis, je pense, épuisée.

Je pourrais continuer encore à raconter toutes les rencontres, toutes ces femmes que je croise dans des dîners, dans des conférences, dans des manifestations qui sont toutes aussi fortes. Je pourrais parler de toutes ces rencontres qui me transforment, qui me font évoluer sur ce que je veux.

Je suis en train de me reconnecter à moi, à mes envies et à celle que j’avais perdu. C’est grisant et angoissant. Mais c’est tellement nécessaire.

Les parois de la case que je m’étais construite étaient peut-être trop étroites. Je suis en train de les défoncer à coup de danse, à coup d’écriture et à coup d’émotions.

A corps perdu, à corps retrouvé.

A coeur ouvert et à coeur explosif.

Encore un peu plus fort, bien plus fort.

Ma meilleure vie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.