Mes excuses à moi-même pour ne pas avoir écrit

Il y a des jours où l’envie d’écrire est bien plus forte que tout le reste. Le reste étant mes copies, mes appréciations pour le premier trimestre et le ménage à faire.

Je pense souvent à mon blog, à mon lieu d’expression. Chaque jour j’ai un article en tête, que j’oublie tout aussi vite qu’il est venu. Je suis de celles qui ont besoin d’écrire, d’exposer pour se sentir bien, pour se sentir vivante. Je suis de celles qui savent que parfois elles peuvent décharger leur trop-plein de pensées sur leurs blogs. Je suis de celles qui aiment rire, pleurer et réfléchir en lisant des blogs personnels.

Quand je remonte un peu dans le passé, je me rends compte que j’ai toujours eu des blogs. Mais pas des Skyblog hein, des blogs où j’écrivais ce que je pensais ou ce que je faisais. Ce n’était pas forcément de la grande littérature mais ça permettait de poser les choses. Quand on a 16 ans, on a besoin de poser les choses.

Aujourd’hui, je suis là, face à mon blog, face à toi un petit peu et je repense à tous ces articles que je n’ai pas écrit et que je n’écrirai peut-être jamais. Cette envie de crier finalement au monde que j’existe, que je pense, que je ne suis pas qu’un être humain parmi les sept milliards.

Ecrire, c’est ma madeleine de Proust. Celle que je cache à mes proches ou à mes collègues, celles dont je ne parle pas dans la vie réelle. Je ne dis jamais »D’ailleurs sur mon blog…« , je ne parle pas de tout cela. J’ai l’impression de me cacher dans les toilettes pour écrire, et quand Grumpf me demande ce que je fais, je réponds souvent « J’écris ». Non, je ne blogue pas. J’écris.

Et tu ne peux pas savoir le bien que cela me fait d’écrire. Tu ne peux pas savoir les changements que l’écriture sur Internet ont apporté chez moi. Grumpf respecte énormément ce que j’écris, parce que après, je suis détendue, sereine. Comme si j’avais besoin de m’épancher et de me penser sur mes pensées pour pouvoir les sortir.

Par exemple, grâce à mon article sur mon statut de TZR, j’ai réussi à accepter cette décision de ma hiérarchie que je ne comprenais pas. Depuis la rentrée, je me suis retrouvée. Je suis productive, je ne me décourage pas, je corrige mes copies en moins de quinze jours, comme avant. J’ai refait des cours différents et très stimulants pour les élèves. J’ai pris du recul, j’ai pensé autrement et aujourd’hui, mon quotidien s’est amélioré.

Grâce à l’écriture.

Mais grâce à toi aussi. Toi et tes commentaires, toi et tes mails de soutien, toi et tes commentaires sur mon compte Instagram pour me dire que je vais réussir, même si je suis encore en train de travailler à 22h30 et que je me lève à 6 heures.

Parfois, on peut attendre que les blogs apportent des partenariats, du réseau et même de l’argent. Je me rends compte que mon objectif est bien autre. Mon blog m’apporte de quoi prendre du recul et mon shoot de bonheur. Mon blog m’apporte une satisfaction personnelle qui n’est pas en lien avec la productivité, avec la sphère professionnelle, ou avec des performances. Mon blog, c’est moi, c’est moi comme je suis avec mes proches, comme je suis au quotidien.

Je n’ai pas écrit ces dernières semaines. Je n’ai pas envie de te faire des excuses car je pense sincèrement que tu ne m’as pas attendu(e) pour continuer de vivre ta vie. Enfin j’espère pour toi.

Je t’ai peut-être un peu manqué ou tu as du dire « Tiens, pas d’article depuis longtemps ? » et pis tu as continué ta vie.

Non, si je fais des excuses, c’est à moi-même. Car finalement, celle qui est la plus pénalisée, c’est moi. Celle qui ne peut pas déverser ce qu’elle pense, c’est moi.

Alors je présente officiellement mes excuses à Madame Sourire pour tous ces non-écrits.

Je ne vais pas lui promettre que je ferais mieux la prochaine fois, ou que « Pfouh, juré, craché, je fais un article pas jour ici ». Non, très peu pour moi. Je ne vais rien promettre à Madame Sourire. Je vais simplement lui dire que même si je n’écris pas, au fond de moi, dans le RER, entre deux pauses corrections ou avant de m’endormir, je pense à tous ce que j’aimerais qu’elle écrive. Et c’est aussi grâce à ça que j’avance tous les jours.

Pardon.

Merci.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

13 Commentaires

  1. Il faurait que je me mette à l’écriture moi aussi.. l’envie me prend souvent mais ne se concrétise que rarement …
    J’espère qu’en commentant tes posts un jour j’arriverai à passer à l’étape d’après à savoir écrire vraiment 🙂

    PS : c’est vrai que tes articles nous avaient manqués ! 😉

    1. C’est tout mignon ton commentaire ! Tu peux te lancer, même si ton blog n’est pas le plus beau, ce qui compte , c’est de se lancer 🙂 Tout le monde peut le faire !

      Bon courage à toi !

  2. Je comprends tout à fait ton ressenti vis à vis de l’écriture (et pas forcément du blogging, on est d’accord).
    Tout comme toi, j’ai l’impression d’avoir toujours écris et puis ça s’est tassé.
    Maintenant, j’ai vraiment envie de m’y remettre (j’ai commencé d’ailleurs) car cela me permets d’extérioriser et de prendre du recul vis à vis de la vie quotidienne.
    C’est aussi pour ça que j’aime te lire, même si ce que tu écris ne me parle pas forcément, cela me fait réfléchir et relativiser. Et c’est pour cela que j’adore lire tes articles.

    1. Quoi? Comment ça ? Toute ta vie ne tourne pas AUTOUR de mes articles ? Je ne comprends pas ! C’est scandaleux ! 😉
      J’ai vu ton article sur SNT et c’était très très bon. Bravo !

      1. Je te remercie pour le compliment cela me touche beaucoup 😉
        Sinon, en effet mon quotidien ne tourne pas autour de tes articles, mais j’apprécie toujours de voir la petite notifications facebook, me disant que tu as posté quelque chose de neuf et que ça sans doute être hyper bien (tu as la pression maintenant !!! :D)

  3. Il y un célèbre dicton(?) qui dit ‘ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité’ et je pense qu’aujourd’hui il est tout à fait approprié. Je préfère lire de temps en temps des très bons articles de Mme Sourire, et savoir que s’il n’y a pas plus d’articles c’est aussi parce qu’elle a une vie à côté, plutôt que de lire tous les jours des articles ‘baclés’ parce qu’il faut. Et pour le moment la qualité est au RDV alors surtout ne change pas pour nous :-)L’important c’est que l’écriture reste un plaisir…

    1. Tu es vraiment trop mignonne Sarah <3
      Je te fais de gros gros gros bisous

  4. Bonjour

    suis contente que tu soies revenue ! Ce n’est pas une période facile pour nous les profs en ce moment, c’est clair !

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Allez encore une bonne semaine et c’est fini !
      A très vite

  5. Ca me fait penser à Lacan et à la place de la parole dans la psychothérapie. Bien que je ne sois pas du tout versée dans la psycho, il y a des écrits intéressants. Et donc Lacan (enfin ce que j’ai retenu, peut-être de travers d’ailleurs !) plaçait la parole, la voix comme capitale, car c’était ce qui sortait du corps pour se réintégrer par l’oreille. Ce qu’on conserve en soi, on croit le cerner, on sait ce qu’on pense, mais parfois quand c’est plus flou ou dissimulé, le fait de l’extérioriser aide à mieux assimiler, accepter ou se comprendre soi-même. Et finalement l’écriture fait parfois également cet effet. Quand on se met en narration, quand on s’écrit, on s’extériorise et on s’allège parfois de problèmatiques. On se sent bien quoi !
    Ton article me fait aussi penser à Ricoeur et à ses concepts de récit, interprétation et interaction du lecteur( http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-paul-ricoeur-44-phenomenologie-et-hermeneutique-201)

    1. Je connais plus Ricoeur que Lacan. Et ce que je connais de Lacan, c’est surtout les courants féministes qui se sont mis contre lui à la fin des années 1960 😉
      Mais je suis bien contente que tu me fasses encore découvrir plein de choses ! Hihihihi
      J’espère que tu vas bien et que la librairie fonctionne bien.
      Des bises

  6. Pas beaucoup de temps, il faut aller dormir mais l’envie quand même de participer à ton shoot de bonheur !
    Je me retrouve dans ta façon de décrire ton rapport à l’écriture, encore une fois tu me touches (et j’ai l’impression de te dire toujours la même chose…) alors : <3

  7. Pas grand chose à voir avec la choucroute mais le petit carnet qui ne te quitte pas pour les idées qui te viennent, les phrases percutantes, tout ça tout ça, ça peut être bien pour toi !
    Perso, mon blog me sert à me valoriser dans le milieu parce que je travaille dans ce domaine, mais si tu écris pour écrire alors tu as bien raison de ne pas te mettre la pression, on en a déjà bien trop par ailleurs !

Laisser un commentaire