Liebster Award 2018 : je réponds aux questions de la Nébuleuse.

J’ai trop d’idées et pas assez de temps. J’ai quinze mille brouillons d’articles qui sont commencés, pas terminés, en friche, en cours. J’écris furieusement de la prose dans mon téléphone, je gribouille des brouillons avec des idées, des phrases. Je fourmille.

Mais poser mon cul sur une chaise en ce moment est compliqué.

La vie va à 100 à l’heure comme je l’aime. Elle me dérange, elle me bouleverse, elle est en train de me happer. Et c’est bon.

Ca fait mal, ça remue, ça me bouscule, mais c’est bon quand même.

C’est alors que la Nébuleuse me tague dans cette chaîne qu’on appelle les Liebster Award. Et d’ailleurs voici son article par là.

J’avais déjà participé par ici. C’était en 2014. Une éternité. J’ai d’ailleurs beaucoup changé. Ou pas. J’ai sûrement affiné ma manière d’écrire.

Il parait que dans les conventions de cet exercice, je dois me présenter et dire pourquoi je tiens un blog. Je me plie donc à l’exercice.

Mon blog Madame Sourire :

Je tiens un blog personnel depuis octobre 2014 parce que j’ai toujours écrit et j’ai toujours publié. Je pense que j’ai commencé vers 14 ans. J’ai un peu perdu cela au début de ma vie étudiante, même si mes carnets sont plein de textes. J’aime les mots, j’aime les entendre sonner, j’aime les phrases chocs, j’aime la bonne ligne. J’ai repris le blogging en racontant mon mariage, sur un site assez connu. Puis quand mon mariage est passé, j’ai eu envie d’aller plus loin. J’étais en train de retrouver ma fibre militante et je ne supportais plus le blogging féminin. J’avais envie de batailles d’idées, j’avais envie de politique.

J’ai mis du temps à affirmer mes idées et à trouver mon style par ici.

Ce qui a tout changé, et ce qui a changé aussi ma vision politique, c’est cet article sur le Parti Socialiste (ici). Alors que je commençais à tenir un blog en racontant ma vie, cet article a été mis en avant par le Huffington Post. Et j’ai vécu un tsunami médiatique. Avec Edwy Plennel qui commente mon article. Juste. Grosse claque.

J’ai aussi pris peur. Peur de la fin de mon anonymat. Peur du jugement des autres, car j’ai vécu aussi un déferlement de haine de la part de la France Insoumise, ce qui aurait pu être mon parti. Mais non.

J’ai mis une bonne année pour reprendre confiance. Pour affirmer mes idées.

Aujourd’hui je n’ai plus peur d’être politique. Je n’ai plus peur de dire ce que je pense. Je me sens assez forte pour aller bouffer le monde et montrer les inégalités.

Et je n’ai plus peur de la fin de mon anonymat.

(J’ai écrit ce texte quelques jours avant la création de T’as pensé à sur Instagram… C’est drôle de le lire avec ce recul )

1 – Quels objectifs poursuis-tu à travers ton blog ? Ont-ils évolué depuis le début ?

Mon objectif est de partager au maximum mes réflexions sur le féminisme et sur l’éducation. J’aime aussi raconter ma vie mais je le fais de moins en moins comme je voudrais le faire : mes proches lisent de plus en plus mon blog. Depuis que je publie de temps en temps sur le HuffPost, ça devient compliqué de vraiment raconter ma vie. J’essaye donc de rester sur mes deux domaines de prédilection : le féminisme et l’éducation, avec l’angle de la Seine-Saint-Denis. J’aimerais défoncer les préjugés sur ma ville et sur mon département. Je suis très attachée à mon territoire.

2 – Quelles thématiques te semblent insuffisamment abordées dans la blogosphère, et à l’inverse, y a-t-il des sujets dont tu as fait une overdose ?

Mon overdose concerne tous les sujets dits féminins : je n’en peux plus de voir les conseils « mode », « beauté » et les « j’ai testé pour vous ». Ca me soule au plus haut point. Je trouve qu’on ne parle pas assez de politique : pas de partis politiques, mais d’idées politiques. Je trouve que les sujets sur l’écologie sont plutôt bien exploités. En revanche, je vois peu de sujet sur l’éducation, l’hôpital ou sur les services publics en général.

J’avais écrit un article il y a quelques mois sur la dépolitisation des blogs féminins. Je le pense toujours. (article par ici)

3 – On peut lire parfois que les blogs comme moyens d’expression seraient en train de dépérir au profit de réseaux sociaux comme Instagram ou Twitter… Qu’est-ce que cela t’inspire ?

Je pense que les réseaux sociaux sont le meilleur moyen de faire connaître un blog. Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre. Cela me parait compliqué d’avoir un blog, sans en faire de la communication. Aujourd’hui, les plate-formes comme Hellocoton ne sont pas assez performantes et tournent toujours autour des mêmes sujets. Nous avons besoin de faire notre propre publicité pour faire sortir des sujets différents. Je pense que les réseaux sociaux sont un formidable outil de mobilisation. On peut sûrement créer une armée de mères de famille.

4 – Pourrais-tu raconter un échange (commentaire de lecteur.trice par exemple) ou une expérience que tu as vécue grâce à ton blog, que tu as particulièrement appréciée et/ou qui t’a encouragée à poursuivre ?

Ce qui m’encourage, ce sont les mercis. C’est « merci de mettre les mots sur ce que je ressens« . Je me dis que notre société qui tente à tout prix de nous rendre individuelle se trompe bien : nous sommes tous·tes pareilles, nous vivons les mêmes difficultés, avons les mêmes peurs.

Ce qui me donne envie de continuer, c’est de savoir que je crée la révolte chez certaines lecteurs·trices. Savoir que je peux rassembler des femmes et hommes si différent·e·s sous un même article est un énorme kiff. Pour moi, le collectif est obligatoire pour renverser notre société.

5 – Changer le monde et convaincre des gens grâce à un blog : réalité ou illusion ?

Je pense qu’avec ce que j’ai dit avant, on comprend que je fais partie de l’équipe « réalité ». Je ne veux pas laisser les blogs et les réseaux sociaux à ceux qui veulent continuer de garder leurs privilèges. Alors je tente de faire changer les choses à mon niveau. Petit à petit.

6 – As-tu de « bonnes résolutions militantes » pour les mois et les années qui viennent : t’engager davantage ou autrement, et dans quelle(s) cause(s) ?

Je viens de renouer avec le syndicalisme. C’est déjà pas mal. Je vais voir comment ça se passe. Je cherche aussi une association féministe. Mais laquelle ?

Mon engagement sur les réseaux sociaux me plaît bien, mais j’ai envie de faire plus pour mon territoire et mes élèves.

(Je relis cela en pensant à T’as pensé à et j’ai envie de rire )

7 – Quels conseils « culture » donnerais-tu aux personnes qui te lisent, tirés des derniers films, séries ou vidéos visionnées, livres lus, sorties et découvertes récentes ?

Lisez Mona Chollet. Tout Mona.

Ecoutez « les couilles sur la table » en podcast.

Et oui je donne des ordres !

8 – Y a-t-il des blogs en particulier qui t’ont inspirés dans ta démarche ?

Clairement ! Buffy Mars de Tout est politique (par ici ) et toutes celles qui ont un contenu féministe.

C’est surtout sur Twitter que j’ai trouvé la force d’avoir un avis sur internet.

9 – Tu peux nous écrire quelques phrases spontanées pour décrire ton état d’esprit actuel, ou ce que tu te dis pour t’encourager ces temps ci ? Ou ce que tu veux !

Fourmillement. Je suis en pleine énergie, je me sens extrêmement forte et très déterminée. Je me sens aimée par mon entourage, même si parfois on aimerait toujours plus. J’ai hâte de connaitre la suite de cette année très particulière pour moi.

10 – Les petits gestes et les détails de tous les jours qui apportent un peu de beauté et de légèreté à nos vies : à quoi penses-tu en lisant ça ?

Je pense au sourire de mon fils.

Je pense à la complicité que j’ai avec mon Amoureux.

Je pense aux messages sur WhatsApp.

Je pense aux sourires de mes collègues.

Je pense à mes élèves et leur manière de comprendre le monde.


Et maintenant, voici mes dix questions !

  1. Est-ce que tu penses être féministe ?
  2. Qu’est-ce qui te révolte en ce moment ?
  3. Est-ce que tu crois qu’être une femme sur Internet est différent d’être un homme ?
  4. Qu’est-ce que ton blog t’a apporté ?
  5. Quels sont les sujets que tu voudrais aborder mais que tu n’arrives pas à faire ?
  6. Quel est ton moteur dans la vie ?
  7. Donne moi des détails qui te font aimer la vie.
  8. Le meilleur conseil qu’on t’a donné.
  9. Raconte nous ta journée type.
  10. Qu’est-ce que tu souhaites pour 2019 ?

Je nomme :

Parce qu’on se suit depuis très longtemps sur Instagram 🙂

Pour le soutien permanent 🙂

Je peux aussi vous rajouter si vous le souhaitez 🙂 Vous pouvez me contacter pour faire partie de cette grande chaîne.

A très vite

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Replies to “Liebster Award 2018 : je réponds aux questions de la Nébuleuse.”

  1. Un vrai plaisir de lire tes réponses pleines d’énergie et de détermination politique ! J’espère que des blogueuses (et blogueurs, pourquoi pas !) répondront à tes questions pour pouvoir les lire aussi ^^ !

  2. Je ne connaissais pas ton article sur la dépolitisation (enfin le vide intersidéral disons aha) de la blogosphère féminine, je te rejoins entièrement évidemment…J’avais beaucoup aimé l’article de La Lune Mauve là dessus aussi. C’est pour cette raison qu’après avoir hésité au début, j’ai décidé de ne pas faire du tout d’article lifestyle (avec des produits de consommation éthique, ou cuisine, etc). Il y en a bien assez en fait, autant écrire sur ce qui me parle le plus ET qui est bien moins traité… et tellement important à mes yeux. (Instagram reste là pour combler mes envies de futilité éhé)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.