A toi, que j’ai eu comme élève pendant deux ans.

Cher toi,

Cela pourrait te paraître bizarre de lire une lettre écrite par ton professeure. Je comprends, je ne sais pas comment j’aurais réagi à ton âge. Seulement voilà, nous allons nous quitter, tu vas aller passer le bac sans Madame Sourire. Non pas que je pense que je sois irremplaçable, non loin de là, juste que l’on s’attache. Quand on est professeure, et surtout d’histoire, on aime connaître la fin de l’histoire, la fin d’un cycle. Et justement, la fin de cycle, je ne la connaîtrais pas.

Tu as beau me demander pourquoi je pars, pourquoi j’ai choisi de partir, je ne te réponds pas. Je n’ai pas envie de te raconter les histoires d’adultes, celles des grands qui parfois oublient d’arrêter de se prendre au sérieux. Je n’ai pas envie aussi de te raconter qu’en ce moment, je n’ai pas trop le moral. Bon, ça , j’avoue, je sais que tu l’as vu. Et puis, tu m’as même demandé si je pensais un jour avoir des enfants. Tu n’es pas allé plus loin, parce que tu as bien vu que le sourire disparaissait.

Tu te doutes bien que si je pars, ce n’est pas vraiment de ta faute. Je te l’ai dit et te le répète : avoir un élève comme toi, c’est formidable.

J’essaye de me souvenir de tous ces moments passés. Je me souviens de ma réaction face à une classe de 35 élèves de Seconde. Des moments difficiles l’année dernière, parce que bon, avoue le , tu as des difficultés à être discipliné parfois. Surtout en groupe. Je me souviens des moments colère, où tu n’étais pas d’accord avec ce que tes camarades expliquaient. Je me souviens des moments tristesse… Et oui, nous avons aussi vécu ensemble les attentats qui ont touché la France.

Je me souviens aussi des moments bonheur. Des moments où on a tourné nos films, où on a eu des conversations profondes sur la nature de l’Homme, où on a parlé sexualité au Moyen-Âge, où on a parlé musique, foot et même féminisme. Je me souviens parfaitement de certains cours où je voyais que tu t’ennuyais ou que tu étais pris de passion. Je t’ai vu comprendre la place de la religion au Moyen-Âge et comment tu l’as mise en perspective avec aujourd’hui. Je te félicite au passage. Je me souviens de ta classe dont j’étais professeure principale et où j’ai essayé de t’accompagner jusqu’au Bac de français. Je me souviens des moments où je t’ai vu en couple, où tu es redevenu célibataire, où tu étais en groupe, où tu étais seul, où tu venais de perdre une sœur, une mère, un père… Je me souviens de tous ces moments qui fait l’histoire de l’individu.

Je me souviens d’avoir attendu cette classe à chaque heure, parce que je savais qu’il y allait avoir du défi avec toi dedans. Je me souviens d’avoir eu envie que tu poses cette question pour que la classe reparte, que ta classe arrête d’être conventionnelle. Bon sang, on est quand même en histoire et géographie, on peut les poser les questions sur le racisme !

Je me souviens du jour où tu as raconté comment tes grand-parents sont arrivés en France et quelles étaient leurs attentes. Je me souviens du jour où je t’ai expliqué mon parcours scolaire, et comment j’ai eu envie d’être professeure.

Je me souviens de tout et bien plus encore.

Sache que je n’ai jamais redouté le lundi matin, parce que je savais que j’allais faire le métier que j’avais choisi et surtout parce que je savais que j’allais te revoir.

J’allais te revoir, toi : Aminata, Elsa, Marko, Célia, Ouassila, Dylan, Rémy, Jérémy, Mamou, Mohammed, Daniel, Oumou, Hugo, Hassane, Emie, Sarah, Elodie, Ines et tous les autres.

Tu sais, un prof, ça a un petit cœur d’artichaut. Cela ne se fait pas de le dire, mais c’est vrai. Je suis reconnaissante d’avoir croisé ton chemin.

Je sais que je vais en croiser plein d’autres des chemins. C’est cela mon métier : croiser 150 parcours de vie par année. Parfois les suivre pendant trois ou quatre ans. Et puis les laisser faire leur vie.

Puisqu’on se quitte cette année, je te souhaite un parcours de vie aussi riche que celui que j’ai connu ces deux dernières années. J’espère que tes angoisses se calmeront sur ton avenir. Tu es capable de bien plus que ce que tu crois. Je te souhaite le meilleur, avec un peu d’histoire et de géographie, quand même.

Et peut-être que toi aussi, tu repenseras à ta professeure de Première, comme moi je repense à la mienne, qui nous a quitté il y a quelques années… Mais qui reste vivante dans mon esprit.

Porte toi bien

Bien amicalement

Madame Sourire

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

17 Commentaires

  1. Bonne continuation à toi Madame Sourire, ces élèves dont tu parles avec tellement d’émotions ont eu beaucoup de chances d’avoir croisé ton chemin tout comme tu en as eu toi visiblement 🙂
    C’est beau de te lire.

  2. Ta lettre est très belle, tes élèves ont eu beaucoup de chances de t’avoir pendant ces 2 ans.
    J’espère que ça veut dire que c’est enfin fini la vie de TZR ? Bonne chance pour la suite 🙂

    1. Oui Flora ! Tu as bien deviné… J’ai enfin mon poste fixe en collège 🙂 Je suis happy !

      1. Félicitations ! 🙂

  3. Quelle belle lettre ! La manière dont tu parles à tes élèves est très touchante. On ressent tout ce qu’ils t’ont apporté et tu nous laisses entrevoir ce que tu as pu leur apporter en retour.
    Bonne continuation…

  4. Ils ont t eu de la chance de t’avoir pour professeure et toi de les avoir connu en tant qu’élève ! J’espère que tu continueras à faire ton métier avec passion !

  5. bah voila je pleure maintenant, c’est malin.. je me souviens de mes profs de lycée, avec qui je m’entendais tellement bien , les débats passionnés, ils étaient profs de Français, de latin ou d’eco..

  6. Comme je comprends ce que tu écris. Je suis prof aussi en collège et voir partir mes 3è dont j’ai été prof principale pendant 2 ans me brise le cœur. Au delà du contenu pédagogique, on les aide à avancer dans leur construction personnelle et c’est sans doute ce qui est le plus important.

  7. Oh ben j’en suis toute émuuuuuue….
    Quelle chance ils ont eu, tes élèves !
    Je me souviens très bien de certains de mes professeurs de collègue et de lycée (surtout les profs d’histoire-géo, d’ailleurs ! 😉 ). Et pendant longtemps, j’ai été tentée par une carrière dans l’enseignement justement pour (re)vivre cette belle relation que tu décris entre élèves et enseignant. C’est bien pour ça que je suis ravie lorsque je dois donner des cours de manière ponctuelle dans mon poste actuel.
    Bref, merci pour cet article, et surtout, merci pour eux !

  8. Tu résumes très bien l’ambivalence de la fin de l’année scolaire. Entre la joie de pouvoir se reposer et la tristesse de perdre de vue des élèves qu’on a accompagnés, vus grandir pendant plusieurs années. Je leur souhaite juste de trouver leur voie et de devenir de belles personnes, en espérant que les petites graines qu’on sème chaque jour vont germer.

  9. Un superbe article ! Bonne continuation à toi dans ton nouvel établissement. Tes élèves ont eu de la chance de t’avoir comme professeure et ils te l’ont d’ailleurs témoigné. Tu peux être fière d’eux pour beaucoup de choses ! (et fière de toi !!!)

  10. Quel bel article… Tes élèves ont eu de la chance d’avoir une enseignante telle que toi !

  11. Que d émotions….. on ne peut rester insensible devant un tel message qui nous rappelle que « enseignant » est un métier au combien enrichissant. « Perdre » ses élèves à chaque fin d année est un déchirement. Les liens qui unissaient chacun se délient pour laisser place à un éternel recommencement.
    Respect Madame Sourire !
    D autres élèves auront la chance de se trouver sur le long chemin de votre vie
    Merci à vous
    Continuez à nous écrire ce n est que pur bonheur dans ce monde où les messages de révoltes ne cessent de nous inonder le cerveau.
    Bien à vous
    Caroline

  12. J’ai la larme à l’œil, là…

  13. […] Ce billet est également publié sur le Blog de Madame Sourire. […]

  14. C’est vrai que certains profs laissent un très bon souvenir… je me souviens de ce prof de français que j’ai retrouvé sur FB plus de 30 ans après !

    Et il est vrai aussi que certains aiment avoir des nouvelles de leurs anciens élèves, ce qui peut se faire quand la petite soeur arrive à son tour dans la classe de cet enseignant et qu’il demande des nouvelles du grand frère !

  15. C’est toujours difficile pour moi la fin d’année. Me séparer de mes élèves… on s’attache a ces petites bêtes là…

Laisser un commentaire