J’ai testé pour vous : se remettre au sport.

J’aurais pu appeler cet article, : L’Odysée de Madame Sourire, ou la découverte du sport.

Mais bon, j’ai voulu rester factuelle, pour toi, derrière ton écran, qui a décidé de cliquer sur cet article et qui donc a décidé, peut-être, de te remettre au sport.

Plantons le décor : moi, Madame Sourire, 28 ans et demi, fervente admiratrice de son canapé et de son ordinateur, défenseur de l’acceptation de son corps sans régime même quand celui-ci fait plus d’un 44, détestant tout sport sauf l’équitation parce que les chevaux, c’est trop mignon, donc moi, je me suis remise au sport.

STANDING OVATION.

Merci public !

Mais quel sport ai-je choisi pour montrer mes performances ?

Et bien, la piscine.

Quand nous sommes partis dans les Alpes, nous avions le droit d’aller à la piscine tous les jours. Il faisait chaud, on marchait cinq heures par jour, je VOULAIS aller à la piscine. Sauf que, ce que tu ne sais pas, c’est que pendant très longtemps, j’ai eu très peur de l’eau. Petit rappel de contexte.

L’eau et moi : une rencontre ratée.

Quand j’étais petite, ma grand-mère a voulu m’apprendre à nager, alors que je n’étais pas prête. A cinq ans, un maître nageur m’a mise à l’eau, dans un bain où je n’avais pas pied. J’ai hurlé. J’ai appris à nager. Ma grand-mère en rit encore. Moi, pas trop.

Ma mère s’est donc dit qu’il fallait que je suive des cours, parce que bon, je ne devais pas avoir peur de l’eau. Elle m’a donc inscrite aux cours de natation. Je détestais cela. Profondément. Le froid l’hiver, l’eau dans le nez. Tout. Mais j’ai dû faire les compétitions à la fin de l’année, parce qu’il fallait bien montrer que j’avais appris quelque chose. Nous voilà ce fameux grand jour, coup de sifflet pour plonger et faire deux longueurs et arrivée la première. Donc coup de sifflet. Tout le monde plonge. Pas moi. La course se passe sans moi. Je pleure, je refuse de le faire. Et là, mon maître nageur est un génie : il décide que pour affronter ma peur, je ferais la course SEULE devant tout le monde avant la remise de la médaille. CLAP CLAP CLAP. La honte de ma vie.

Grâce à ces cours (quand même), j’ai appris à bien nager et je n’avais pas trop peur de l’eau. On était obligé de plonger, sinon ça voulait dire que tu étais « mauvaise ».

Les années se passent, pas de piscine en collège (merci), j’aime l’eau avec les copains, mais j’évite quand même soigneusement d’aller trop loin.

Lors de vacances avec mon père, celui-ci veut me faire plaisir et m’offre un baptême de « hot-dog » : un bateau style rafting mais pour deux personnes. Je suis joie, j’ai 14 ans, j’adore les sensations fortes. Catastrophe. Mon connard de co-équipier que je ne connaissais pas, nous envoie dans un rapide-tourbillon, le bateau se retourne, je suis coincée dessous et le courant est trop fort pour que je remonte. Je reste coincée plusieurs secondes, sous l’eau, prise entre le trou d’eau et mon bateau. C’est le moniteur qui a été obligé de se jeter dans l’eau pour venir me récupérer. J’ai ensuite descendu la rivière en pleurant, accrochée à mon navire, telle Rose à sa porte du Titanic.

L’eau et moi, on venait de divorcer.

Pendant plusieurs années, je n’ai pas nagé. J’ai évité toutes les situations où il fallait mettre un pied dans l’eau et si, par malheur, je me retrouvais dans l’eau, je paniquais dès que je n’avais plus pied.

Et j’ai rencontré Grumpf.

Un long chemin jusqu’à aujourd’hui.

Grumpf, tu l’avais compris, il aime le sport et jouer. Il adore l’eau. Il aime nager SOUS l’eau. Tu vois un peu ma gueule quand il fait ça…

Quand on a commencé à sortir ensemble, et qu’il m’a emmenée chez ses parents, il m’a dit :  » Prends ton maillot, à côté de chez nous, il y a une piscine trop bien, on ira ce week-end !« . HAEM. « Bien-sûr, mon Amour, je vais faire cela« . Et ta petite voix intérieur qui te dit « SOS, AU SECOURS, AU BORDEL, ON VA A LA PISCINE ! »

Le grand jour arrive. Je me dis que tout va bien se passer. Et là, grosse panique. Grumpf découvre alors un truc : je n’aime pas l’eau. C’était il y a cinq ans et demi.

Il en a fallu des encouragements, des « attends je te tiens la main« , des « je te jure, tu as pied » et des « je suis fier de toi« . Parfois, je restais accrochée telle une moule au bord pendant que lui faisait ses longueurs. Et puis, on est parti aussi à la mer, j’ai eu très peur, et j’ai commencé à nager un peu. Il me portait dans l’eau, je savais qu’il était là, j’ai commencé à ne plus avoir peur.

Quand nous sommes partis dans les Alpes, j’ai eu envie de nager. Il n’y avait personne dans cette piscine (ou presque) et j’ai commencé à faire des longueurs. Très doucement au début, pas loin du bord, mais j’ai fait 10 longueurs. Wah ! Puis 15, puis 22. Et on est rentré sur Paris.

Grumpf a donc proposé de continuer l’effort et de faire comme j’avais envie, petit à petit. Et je vais donc depuis quinze jours trois fois par semaine à la piscine.

C’est une victoire. Je fais mes 660 mètres (oui, le bassin fait 33 mètres) et je me sens bien. Je me sens bien de faire du sport, je me sens bien pour dormir, j’ai un meilleur souffle. Ce qui impressionne Grumpf, c’est que je progresse hyper vite, vu que j’ai de bonnes bases de sport de mon enfance (cf : équitation, gym, danse et piscine. Ouais Gros !). Je me sens mieux dans mes fringues, mieux dans ma peau et mieux partout.

Au début je faisais mes 20 longueurs en 55 minutes. En quinze jours, je suis arrivée à 35 minutes. Et j’en suis assez fière !

J’espère juste avoir le temps de poursuivre à la rentrée.

Car : « Trois jours par semaiiine, je vais à la pisciiiine ».

Pardon.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

7 Replies to “J’ai testé pour vous : se remettre au sport.”

  1. Bravo c’est top 🙂 La piscine c’est le pied ! C’est bon pour le dos, les muscles et le dodo le soir 🙂

    1. Je suis trop excitée par la rentrée pour faire dodo le soir, mais ouiii, c’est le piiiied !
      Merci ! A très vite !

  2. Excellent ! Et quel niveau, bravo !
    C’est quand même dingue d’imaginer que traumatiser un pitchoun ne laissera pas de traces… Non mais sérieux, te mettre dans l’eau brutalement à 5 ans !!! Et te faire concourir pour la compèt toute seule ! WTF ?! Des fois les adultes auxquels on donne un (petit) pouvoir ont des vertiges !
    Tiens-nous au courant de la suite.

    1. Merci beaucoup pour ton message ! Oui parfois les adultes sont … Spéciaux !
      A très vite !

  3. Un grand bravo ! Ah la piscine ! Aquaphobe je suis tombée amoureuse d’un entraineur de natation ( pur hasard ) … C’est long mais je progresse ! Courage pour concilier reprise du boulot/corrections/ prep’ et piscine 😉

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire !Je vois que je ne suis pas seule dans ce grand problème de l’aquaphobie 😀 J’ai bon espoir de continuer sur ma lancée, vu que je ne serais plus sur deux établissements ! Ouf !
      A très vite

      1. Ah c’est la bonne nouvelle de rentrée ! Pour te rassurer, c’est faisable : mon conjoint est PE et arrive a assurer la classe, les prep et les entrainements ! PE aussi je serai sur deux écoles, 3 classes et 4 niveaux ! Youhou !!!! Bonne rentrée 😉

Laisser un commentaire